Le bootloader, et tout ce qu’il vous dit (part 1)

Reset-UNLOCKED-Status-to-LOCKED-on-HTC-One-M8

Un petit article à destination des novices dans le flash, le déblocage et l’installation de ROMs customs : aujourd’hui, je vais vous en dire un peu plus sur ce qu’est le bootloader, comment identifier le numéro de build de votre installation logicielle, ce qu’il vous apprend sur votre téléphone et les restrictions qu’il vous impose (si vous êtes S-ON).

Le Bootloader est le module de mémoire interne qui gère le démarrage de votre smartphone : si l’on résumer cela de façon très simplifiée, c’est lui qui charge les drivers matériels, et qui assure (lorsqu’il est verrouillé) l’intégrité de votre appareil. C’est un peu comme le « bios » de votre PC.

Pour démarrer en mode bootloader, il faut éteindre l’appareil complètement (désactiver le mode démarrage rapide dans les options d’alimentation, lorsqu’il est disponible) et appuyer longuement et simultanément sur les touches « power » et « volume bas ». Vous allez y trouver plusieurs informations importantes…

L’état de votre bootloader : verrouillé ou déverrouillé

Si vous souhaitez déverrouiller le bootloader (pour rooter votre appareil par exemple) vous pouvez suivre ce tutoriel. Cela vous donnera accès en écriture à la mémoire système, ou est installée la ROM, et vous permettra de déléguer les droits d’administrateurs à certaines applications via un gestionnaire de root, comme SuperSU par exemple.

 

Le flag de sécurité : S-OFF ou S-ON

Toutes les informations sont ici !

 

Le numéro de version (ou build)

Il se situe à coté des deux lettres « OS » (Operating System). Très important lorsque vous êtes S-ON, le numéro de version va imposer un certain nombre de restrictions, et va même devenir votre guide si vous souhaitez conserver une installation stable et performante. En effet, le numéro de version qu’affiche le bootloader est celui de votre firmware. Ce dernier contient les drivers matériels, les radios wifi, bluetooth entre autres, et pas mal de choses qui vont permettre à votre ROM de fonctionner au mieux. Lors d’une mise à jour par OTA, votre téléphone voit évoluer sa partition système (ROM) et son firmware (y compris le recovery). Si votre ROM et votre firmware sont incompatibles, ou s’ils sont extraits de version logicielles distinctes, il y a fort à parier que cela se ressentira d’une façon ou d’une autre (lag, coupures intempestives du wifi, problèmes audio…). Mon conseil : lorsque vous êtes dans l’impossibilité de flasher ou mettre à jour votre firmware (par exemple si vous avez installé une ROM custom et ne bénéficiez donc plus, à priori, des mises à jour de firmware par OTA), veillez à ce que votre ROM soit toujours tirée d’une version compatible avec celle de votre firmware.

Le numéro de version (ou firmware) se décompose de la façon suivante :

3.28.401.10

Les deux premiers nombres (3.28) correspondent à la version du système, plus ou moins liée à celle d’android. Par exemple, 2.22 correspond à Android 4.4.3, 3.28 correspond à Android 4.4.4 et 4.16 correspond à Android 5.0.1.

Le troisième nombre (401) correspond au code régional, c’est à dire à la déclinaison commerciale de modèle votre appareil (modèle nu, modèle opérateur, edition google play ou développeur, Harman Kardon…). En fonction de ce code, le firmware va intégrer certaines spécificités comme la sensibilité à certaines fréquences pour la 3G ou 4G, des drivers audio ou matériels spécifiques pour votre hardware (si c’est le cas, ce qui est rare). Lors d’une OTA, c’est le seul numéro qui ne change pas. Vous trouverez la liste des codes régionaux au bas de cet article.

Le quatrième, enfin, correspond à la version finale de test qui a été retenue par le constructeur (il y en a souvent plusieurs). Pour nous elle est tout à fait arbitraire. Cela dit elle peut parfois changer lors de mises à jour mineures (correctifs de bugs).

Si vous êtes en S-ON, et que vous souhaitez revenir à une configuration stock (pour mettre votre téléphone à jour par OTA par exemple, ou encore pour envoyer votre appareil en garantie) il vous faudra flasher la ROM et le recovery dont le numéro de version correspondra exactement à celui de votre firmware. Je tenterai de mettre le plus grand nombre possible de ces ROMs à votre disposition ici.

A suivre dans un article prochain, nous verrons à quoi correspondent les champs « OpenDSP » et « HBOOT ».

 

Code régionaux

Code SKU Opérateur/Région
61 Orange UK
65 Orange CH
69 Orange PL
73 Orange FR
75 Orange ES
110 T-Mobile UK
111 T-Mobile DE
112 T-Mobile AT
113 T-Mobile CZ
114 T-Mobile NL
118 T-Mobile PL
161 Vodafone UK
163 Vodafone FR
165 Vodafone IT
166 Vodafone DE/CH
169 Vodafone AT
206 O2 UK
207 O2 DE
401 International GSM
415 HTC ARA
497 HTC Morocco
498 Brightpoint
502 AT&T
531 T-Mobile US
599 Latin America
605 Verizon
631 Rogers
651 Sprint
652 Sprint WWE
654 Sprint Harman/Kardon
661 Telus
666 Bell/Virgin Mobile
707 HTC Asia – WWE
708 HTC Asia – Hong Kong
709 HTC Asia – Taiwan
720 HTC Asia – India
771 3 UK
841 Telstra
901 TIM IT
999 HTC Generic
1020 Bouygues
1401 HTCCH CHS
1500 Gobalive
1540 Dev Edition
1700 Google Play Edition
Publicités

2 réponses à “Le bootloader, et tout ce qu’il vous dit (part 1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s